Depuis quelques années plusieurs jeunes et étudiants diplômés sans emploi évoluent dans diverses activités génératrices de revenu, c’est le cas de Moustapha DIALLO  jeune bouvier résident dans la sous-préfecture de Baro, préfecture de Kouroussa. Le jeune homme a mis en place une ferme à travers ces économies antérieures et une pousse de main de son père.

Au sein de cette ferme que le jeune Moustapha a mis en place il y a environ 7 ans, on peut constater de nos jours environs une trentaine de têtes de troupeaux dans la dite ferme  dans le but de prendre en charge sa famille. selon lui c’est quand il suivait les troupeaux de son  père depuis à l’enfance qu’il prit l’esprit de créer une entreprise en gardant quelques sommes qu’il trouvait par ans, et une fois marié, son père décide de lui passer deux (2) bœufs  afin qu’ils se prennent en charge et faire face à leurs besoins.

C’est donc à travers ces économies,et ces deux  bœufs qu’il a commencé pour arriver aujourd’hui à 25 tête

«  C’est quand mon père a décidé que je marie qu’il m’a donné 2 de ces troupeaux parce que je n’ai pas trop avancé  dans les études, j’ai étudié jusqu’en 3eme année mais j’ai approfondi mes études dans le coran , parce que chez nous c’est obligatoire, en même temps que j’étudiais et c’est en même temps que je suivais les troupeaux, quand j’ai eu ces 2 bœufs je les ais entretenus et aujourd’hui j’ai au sein de ma ferme 25 tête c’est dans ça que j’ai scolariser mes enfants, acheté d’autres bœufs, nourrir ma famille et prendre en charge la grande famille et parfois je vends le lait aux clients, à ce jour je suis très fier de moi et de mes œuvres » A-t-il expliqué.

Parlant de difficultés rencontrées dans cette activité le jeune bouvier parle de manque d’alimentation pour les animaux, l’égarement et la difficulté d’accès au traitement :

« Dans cette activité on rencontre d’énormes difficultés tout comme dans les autres métiers, ici nous sommes parfois confrontés aux problèmes d’alimentation pendant la saison sèche on n’a du mal à avoir le mangé pour ces troupeaux je suis obligé d’acheter ou chercher des herbes à une dizaine de kilomètre pour les prendre en charge, en plus de ça les bœufs s’égarent dans les brousses c’est l’une des difficultés aussi, manque de traitement parce que defois on  peut faire 3 à 4 mois sans que ces bœufs ne soit assister par un vétérinaire donc les difficultés sont énormes mais malgré tout j’y arrive parce que c’est un choix et j’aime, je satisfait mes besoins je suis libre et je ne dépends de personne et je suis autonome ».

Par ailleurs,il invite les jeunes à créer leurs propres entreprises pour ne pas rester au chômage en attendant le gouvernement car pour lui il suffit seulement de prendre la décision malgré les maigres moins.

« Moi je n’ai pas étudié dès à  bas âge je me suis fixé un objectif celui de créer mon propre entreprise quelques soit les conditions pour obtenir de l’argent, sur ceux j’ai fait et Dieu m’a aider, il suffit de prendre la décision et prendre le chemin, le début n’est pas facile mais il faut persister pour réussir, après les études fixe toi un objectif et tu continues sur la dessus au finish tu verras le résultat, Alpha Condé ne peut pas tout faire, la meilleur manière de réussir sans dépendre de quelqu’un c’est dans l’entreprenariat »

A souligner que, au-delà des acquis enregistrés dans cette activité, le jeune Moustapha compte réaliser d’autres projets dans le futur dans  d’autres domaines pour contribuer à la promotion de l’emploi jeune.

Joseph Kolié pour entreprenariat.net

About Author

admin

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 + 25 =